mardi 14 novembre 2017

L'auberge du coin-coin - la peinture

Salut à toi, compañero figuriniste !

Lent, lourd, poisseux... bienvenue chez Monolord qui vient de sortir sont nouvel album, Rust.


Voilà, l'ouverture musicale étant faite, on retrouve l'auberge du coin-coin vue dans le billet précédent.
J'ai donc peint la cahute. C'est pas du grand art mais une peinture rapide avec un rendu correct pour poser rapido le bâtiment sur la table de jeu, toujours dans l'esprit de ne pas me compliquer la vie... tuiles en rouge puis lavis noir, brossage en orange, mur, portes et poutres en différents marrons pour un effet bois. Les petits détails comme les coffres sont peints ensuite. J'applique un mélange de gris et de noir (en pigments) pour le sol, colle puis herbe statique. Il ne me reste que l'enseigne à finaliser. J'ai pas d'idée pour l'instant mais ça viendra... et je ferai un petit dessin à main levée. 
Allez, trois petites photos pour la voir in situ, notamment au milieu d'un village...




Comme je suis là et vous aussi, j'en profite pour vous montrer mon "entrée" au Concours d'Automne de chez Warmania ( http://www.warmaniaforum.com/topic/55940-concours-trimestriel-2017-concours-dautomne/?page=2&tab=comments#comment-495913 ). C'est une Drider. Elle vient de la gamme Bones de chez Reaper ( http://www.reapermini.com/OnlineStore/bones%20spider%20demon/a-z/77180#detail/IG_3597_1 ). De mémoire, il me semble que c'est Morikun qui me l'a donnée/échangée. Elle a dormi un bon moment dans mes cartons avant que je la ressorte pour ce concours vu qu'elle collait pile au thème. Et puis ça fera une créature maléfique de plus à aligner face à ce de courageux aventuriers pour Frostgrave par exemple. Elle pourra aussi servir de leader à une bande (vu que j'ai d'autres Elfes noirs en stock) car je trouve que sa position fait très magicienne...



C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !
Hasta siempre, Compañeros !

samedi 11 novembre 2017

L'auberge du coin-coin - Le montage

Salut à toi, compañero figuriniste !

Devine quoi ? On commence en musique. Étonnant, non ?
Textures est un groupe néerlandais qui a pondu un quintet de très très bons albums. Ils effectuent actuellement une tournée d'adieux. Dommage. Mais pas trop tard pour les découvrir.



On va rester - un peu - aux Pays-Bas. Mine de rien Noël approche. Et, dans à peu près n'importe quel magasin, fleurissent les décos pour la fiesta du gros bonhomme rouge et jovial. Ma chère et tendre a dégotté chez Action (chaîne de magasin "discount" néerlandais, tu vois on reste un peu dans le pays orange) des "maisons" en MDF. (Mode ma vie ON à la base pour en faire des maisons pour les Sylvanian Families de mes gamines, mode ma vie OFF). A 1 euros 90 pièce... Bon, lesdites baraques sont trop grosses, comme ça à première vue, pour nos pitoux en 28mm. Sauf que... en mesurant je me suis aperçu que l'une d'entre elles pouvait faire une bonne maison à étage, une auberge ou un commerce pour du mef-fan. Donc, au boulot pour une session décor !
Avec un peu de chance, il doit en rester pas loin de chez toi, cours-y vite, ô cher lecteur !


Les "maisons" en question. Toute l'exagération du Noël kitsch bientôt chez toi ! J'ai utilisé celle de gauche. Attention, lisez bien ce qui suit. La "maison" est faite pour représenter un stand d'un marché de Noël (oui, la dame vend du pinard chaud aux épices, le Père Noël de la gnôle et il finit par se vautrer comme une grosse otarie bourrée à la bière - référence inside - sur l'enseigne en haut...). Bref, cet espace ouvert devant devra être comblé par vos propres moyens pour "fermer" entièrement les cloisons. L'autre maison, dans un style "du Nord" façon Bruges ou Amsterdam ne possède qu'un étage ! La partie que j'ai entouré en noir est en fait... en papier ! Là aussi, attention. Pour avoir un second étage - au niveau des fenêtres - il faudra se la jouer à la Joseph (pour rester dans la thématique ne Noël) et faire ses propres menuiseries.


La façade de la maison (une quinzaine de centimètres). Pour la rendre "acceptable" pour du 28mm, il a fallu que je fasse deux trois adaptations en collant porte et fenêtres issues de la boîte à rabiots. J'ai aussi collé des poutres apparentes pour renforcer l'aspect médiéval et différencier les deux étages. Quelques éléments sont posés devant pour l'ambiance après rajout d'un "socle" (de la planchette très fine)... La fig est là pour vous donner une idée de la taille.

On voit ici que la profondeur du bâtiment n'est pas très importante (environ 7 centimètres). Les tuiles du toit sont réalisées avec du carton d'emballage coupé en bandes puis collé sur la structure.

Le tout m'a pris environ une heure à monter/coller. C'est assez sommaire mais l'idée est d'avoir un décor sympa sans dépenser une blinde et assez facile à réaliser. Cerise sur le gâteau, étant assez générique, il peut servir aussi bien à Fury, Dragon Rampant ou tout autre jeu med-fan.
Je pense que quelqu'un de motivé, un peu bricoleur (ou inventif) et ayant une boite à rabiots très bien fournie (c'est pas mon cas...) a la possibilité de réaliser trois ou quatre bâtiments et de les différencier. Par exemple en rajoutant une devanture au rez-de-chaussée ou en installent des ailes pour faire un moulin à vent... mer***, faut que je repasse à Action moi ><...
En gros un village avec un prix de départ à 6/8 euros... A noter que je n'ai pas donner de relief / structure au mur. Mais ça reste faisable si vous souhaitez un bâtiment beaucoup plus détaillé.

Le bazar est en train de sécher. La prochaine étape consistera à bomber l'ensemble (sûrement en noir) puis à le peindre. A priori murs gris pierre, tuiles rouges et les poutres en bois tout comme la porte. Rien d'exceptionnel mais un décor qui "fera le job" ! Et à voir si je ne rajouterai pas un bâtiment ou deux à l'avenir !

C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !
Hasta siempre, Compañeros !

mercredi 25 octobre 2017

Bilbo dans le donjon

Salut à toi, compañero figuriniste !

Musique ?
Ouaaaaaais !
Lofofora, contre les murs. Plus de 20 ans de carrière, respect, les gars !



Et non, malgré le titre, pas Bilbo, pas de Hobbit, pas de Seigneur des Anneaux ou de vieux magicien à chapeau...
Bilbo, c'est le nom de la ville de Bilbao en basque. Véridique. Je viens de passer, en famille quelques jours dans cette partie de l'Espagne qui est absolument superbe. Allez-y. La côte est boisée, sauvage, avec des falaises et des paysages qui te ramène toi, petit homme, à un peu de modestie face à Dame Nature... On est passé par la ville - de surf - de Mundaka qui possède une vague superbe, une "gauche" (quand t'es dans l'eau, la vague part direction main gauche) qui déferle très longtemps, pile à l'embouche du rio du même nom. Ce jour-là, les conditions étaient assez bonnes (1 mètres 50 à 2 mètres, vent de terre, marée montante) et certains surfers avaient un sacré niveau.
EDIT : tu m'étonnes qu'il y avait du niveau, vu les gars à l'eau -> https://vimeo.com/239718564
On est aussi passé par Gernika (Guernica) que j'espère ne pas avoir à vous présenter... comme dans à peu prés toutes les villes du coin, des drapeaux basques au balcon et... des drapeaux catalans On se demande bien pourquoi, tiens ! On s'est aussi fait une randonnée à San Juan de Gaztelugatxe. C'est une église assez improbable, dédiée aux marins, perchée en haut d'une presqu'île. Le genre de paysage qui te donne envie de te faire une table de fous furieux pour SAGA (on se refait pas !) pour une partie où des moines et quelques paysans défendent l'escalier, seul accès, contre une horde de Vikings... comme quoi, les pitoux sont jamais loin ! Je mets deux photos, ça peut donner des idées d'inspiration à certains.

La visite se mérite. Une grosse demi-heure de marche avec une bonne pente... et pour finir l'escalier et ses 240 marches ! Arrivés de "bon" matin (c'est-à-dire 10 heures pour l'Espagne), on a profité du lieu sans presque personne.




Bon... et bien, c'est parti pour l'escalier...

En plus, au Pays Basque, on mange super bien, notamment les fameux pinxtos, les tapas quoi (et gras... certes. Mais le gras, c'est la vie, non ?).



Allez, retour aux pitoux. Direction les tréfonds d'un donjon avec trois nouveaux aventuriers med-fan. Enfin, on devrait dire aventurières, vu qu'il y a deux demoiselles/dames parmi les trois. Les figs féminines sont, de nouveau et sans surprise, pour mes gamines, histoire d'agrandir leur collection et pourvoir jouer à l'occasion à des jeux comme Frostgrave, Ghost Archipelago (bientôt), Open Combat etc... ce sont elles qui ont choisi les schémas de couleurs. Le guerrier est pour ma pomme.
On a dans l'ordre et avec des photos moches (pas réussi à faire mieux...), une scribe/magicienne humaine, une magicienne/druide halfling (naine ?) et un (vieux) guerrier humain. Les dames viennent de chez Reaper et le guerrier de chez Otherworld.

Les aventuriers progressent dans un sombre donjon...









Borgne et vieillissant. Un vrai vétéran !
C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !
Hasta siempre, Compañeros !

dimanche 15 octobre 2017

La minute recyclage : Open Combat

Salut à toi, compañero figuriniste !

On ouvre en musique, Corrosion Of Confirmity, King of the rotten en live. 
Juste du bonheur...


Allez, c'est parti pour une petite chronique...



Aujourd’hui, présentation d’une nouvelle règle, Open Combat. Encore une nouvelle règle, me direz-vous… et bien oui ! Pourquoi enchaîneriez-vous ? Il faut savoir qu’à la maison, j’ai la relève qui piaffe d’impatience assez régulièrement pour jouer aux figurines ou pour que je peigne de nouveaux pitoux, immédiatement kidnappés pour finir non plus sur MES étagères mais sur celles de mes filles. Donc, je cherchais une règle simple ET qui me permette une grande lattitude pour utiliser le maximum de figurines et de décors med-fan. Je joue bien à Frostgrave mais faut reconnaître que l’univers (que j’aime beaucoup) est restreint niveau histoire. Difficile de sortir de la cité gelée et du duel de magiciens… En surfant sur les sites/forums/blogs de nos amis Grands-Britons, je suis tombé sur cette règle sortie l’an dernier chez Second Thunder. Et ma curiosité fut titillée...

Open Combat, rules for fighting miniature battles, est, comme son nom l’indique, une règle générique prévue pour de l’escarmouche, plutôt avec des figs de 28mm, dans des univers « pré-poudre noire ». Comprendre, en gros, de Croc-Magnon à la fin du Moyen Age pour de l’histo et pour à peu près n’importe quel univers med-fan. Elle est l’œuvre de Carl Brown, secondé par inénarrable Gavin Thorpe (non, ne fuyez pas !) qui aura laissé un impérissable souvenir aux joueurs de 40K et Battle lors de son looooooong passage chez GW. Et je ne parle pas que de sa légendaire coupe de cheveux !
Les parties sont prévues pour être jouées sur une surface de 24 pouces sur 24 (60 cm sur 60 cm), avec deux bandes de 3 à 12 figurines et n’utilise que 3 dés à six faces. Un affrontement durera en moyenne entre une demi-heure et une heure.

Un exemple d'opposition tirée d'une photo du bouquin, Romains contre Germains
Le livre possède une couverture cartonnée épaisse et rigide, compte 100 pages toutes en couleurs et papier glacé de très bonne qualité. A l’intérieur, on trouve une belle présentation, avec beaucoup de photos en couleurs de figs en action et des décors, ainsi que quelques schémas et autres tableaux explicatifs et récapitulatif. Bref, du bon boulot. L'ouvrage se découpe en environ 35 pages de règles dont quelques règles optionnelles, une quinzaine de pages de scénario, une autre quinzaine de pages pour gérer une campagne et, enfin, les appendices sur une vingtaine de pages (exemples de bandes, FAQ, feuilles de références et de bande...).
Voyons un peu tout cela en détail.

Les règles.

Soyons clairs d’entrée, rien d’ultra innovant dans les règles. On est sur des bases connues.
Une figurine possède 5 caractéristiques :
- Speed : représente aussi bien l’agilité, la dextérité que le déplacement.
- Attack : la valeur de la figurine quand elle attaque (tir ou corps-à-corps).
- Defence : la valeur de la figurine quand elle se défend (tir ou corps-à-corps).
- Fortitude : force, résistance, santé sont représentées par cette caractéristique.
- Mind : la caractéristique qui reflète les aptitudes mentales, la discipline, la volonté.
En général, ces valeurs varient de 1 à 5, certains chefs et autres héros pouvant atteindre des 7 ou des 8.

Le tour est alterné. Le joueur A fait agir ses figurines, quand il a fini ou loupe une action (c’est assez rare, faut faire « 1 » sur un dé en sachant qu’on peut en jeter de un à trois), il passe la main au copain d’en face, etc. Chaque figurine dispose de deux actions où elle peut bouger, attaquer, interagir avec son environnement (pratique pour ouvrir des portes, pousser un obstacle sur le chemin de l’adversaire, manger un morceau…), se reposer (récupérer un point de Fortitude en général) et se relever. Certaines actions coûtent deux points.
Les déplacements sont classiques. En gros, une figurine bouge de sa valeur de Speed (vitesse) en pouces en tenant éventuellement compte des obstacles et du terrain. Elle peut être amenée à se retrouver au corps-à-corps contre un ennemi. Une figurine peut tenter de se dégager d’un combat mais son adversaire a droit à une attaque gratuite.

Tir et combat suivent, grosso modo, la même procédure. On compare la valeur d’attaque (Attack) de l’attaquant et la valeur de défense (Defence) de l’attaqué. On applique d’éventuelles modifications comme le couvert pour le tir, une position surélevée pour un corps-à-corps etc.
Et là, trois cas de figure (un peu « à la Blood Bowl ») :
- La valeur est égale ou inférieure à la défense, l’attaquant jette un dé.
- La valeur est supérieure ou fait le double de la défense, l’attaquant jette deux dés.
- La valeur est strictement supérieure au double de la défense, l’attaquant jette trois dés.
L’attaquant conserve le dé qu’il souhaite et applique les effets.
- 1 : gros ratage… changement de main !
- 2 : raté.
- 3 et 4 : recul ! Le défenseur recule d’un pas.
- 5 : petite touche, le défenseur perd 1 point de Fortitude.
- 6 : grosse touche, le défenseur perd 1 point de Fortitude et recule d’un pas.

A noter qu’au corps-à-corps, si on sélectionne un 5 ou un 6 comme résultat, on peut rajouter une touche si un deuxième (ou un troisième) dé a réussi une touche. Ainsi, sur une attaque, une figurine peut infliger jusqu’à trois blessures (et donc une mort instantanée à un adversaire ne possédant que trois points de Fortitude). Une figurine qui n’a plus de point de Fortitude est retirée du jeu.
Le système est simple et rapide. On comprend aussi l’intérêt pour une figurine d’avoir au moins une bonne compétence pour espérer lancer deux dés (voire trois) assez régulièrement. Ainsi, pour un personnage orienté tireur (au hasard, un archer...), les plus fortes valeurs seront la vitesse (Speed) et l’Attaque (Attack). Les joueurs vont devoir aussi faire attention à la manière dont ils font agir leurs soldats et hiérarchiser leurs actions. Lancer un seul dé revient à risquer de perdre la main. Certes, le rapport est de 1 pour 6 (sans compter les relances, voir plus bas)… mais bon, on a tous connu des parties se jouant presque sur ce genre de jets de dés...


Les bandes.

Ah! Le moment que tout le monde attend ! Créer sa bande!
Là encore, rien d’exceptionnel mais un système pas mal pensé, assez simple. Le joueur dispose de Points de Renommée (Renown), en général 150. Ces points vont lui permettre de créer les profils de chaque membre de sa bande.
Prenons un exemple concert. 

Ajax décide de créer une bande de Barbares venus du Nord (Qui a dit « surprenant... » ?). Il commence par choisir un chef, le Leader.



 Tant qu’il est sur le champ de bataille, le Leader donne accès à trois relances à sa bande (genre, quand tu fais un « 1 » au pire moment… spéciale cace-dédi à GiLel). Ensuite, on crée son profil. Sa vitesse sera de 4 (soit 10 cm), comme c’est quand même le patron, il doit taper fort, va pour un 8 en attaque (oui, il cogne vraiment fort). Il n’est pas manchot en défense, hop 6. C’est un grand costaud et résistant, 7 en Fortitude. Par contre, on ne peut pas dire que ce soit une lumière mais c'est quand même lui qui commande… 3 en Mind. On a donc un total de 4+8+6+7+3 = 28. Maintenant, équipons-le, car pour l’instant, il est en slip (certes, de fourrure le slip, mais en slip quand même) ! Il faut lui acheter des armes. Va pour une épée à deux mains (un point). On atteint un total de 30. On peut ensuite lui donner des aptitudes ou compétences spéciales. Là aussi, pour un point. Un petit Furious assault colle bien au personnage tout comme Intimitade. Au corps-à-corps, le personnage double sa valeur d’attaque (qui du coup passe à 12 ! Beeeuuuaaaaaarhh !) mais une cible survivante peut effectuer une attaque gratuite à son encontre (si elle n’a pas été repoussée ou tuée… cas rare vu qu’il devrait souvent lancer trois dés). De plus, grâce à Intimitade, les ennemis trop proche auront la pétoche (perte de points de Mind).
Le personnage est créé, il a coûté 31 points.

Deux exemples de personnages fantastiques, un guerrier (bien bourrin) et un prêtre...
On recommence jusqu’à épuisement des 150 points (ou 100, ou 200…) et constitution de la bande.
A noter que tous les équipement coûtent un point. Certaines armes offrent des avantages (les lances permettent d’attaquer une figurine jusqu’à 1 pas par exemple). Il n’y a pas d’armure. Bon, ce point m’a surpris… seuls les boucliers offrent un surcroît de protection. Cela dit, les joueurs n’auront pas de mal à inclure ce genre d’équipements comme suit :
- armure légère : 1 point, +1 en défense.
- armure lourde : 1 point, +2 en défense, une par bande.

Pour finir ce chapitre création, parlons du point de rupture (Break Point ). Pour faire simple, c’est le moral de la bande. On ajoute l’ensemble des valeurs de Fortitude et de Mind des membres de l’équipe et on divise par deux. Le total correspond au Break Point. Si un des joueurs perd le nombre de points de Fortitude et de Mind correspondant au cours de la partie (quand les soldats sont blessés), sa bande a perdu.
Une bande de 135 points : un shaman (magicien de bataille) mène une troupe de loups géants. Le magicien possède une vitesse de 4, 5 en attaque, 6 en défense, 6 en force et 6 en esprit (total de 30). Il est armé d'un dague et possède un sort d'attaque (Tir) et la compétence Marksman (permet de considérer les 1 au tir comme des deux, considérant que le sort d'attaque se gère comme un tir...) . Les loups ont une vitesse de 6, 4 en attaque, 3 en défense, 5 en force et 2 en esprit. De plus chacun reçoit l'équivalent d'une arme à une main pour simuler leur morsure soit 105 points au total. Le point de rupture de la bande sera de 24 (31 de force / 16 en esprit = 47, divisé par deux, on arrive à 24 arrondi au supérieur).

Une extension est prévue pour gérer la cavalerie et les gros monstres. Mais, en gros, le bouquin de base donne quelques conseils pour les traiter en terme de jeu. Je conseille toutefois de faire payer les montures (2 points).
Pareil pour la magie qui fera l’objet d’un futur bouquin. Là aussi, elle peut être traiter assez simplement par des joueurs avec un peu d’expérience. Par exemple, le magicien peut effectuer une attaque à distance comme un tir mais la valeur prise en compte n’est pas son attaque mais son Mind. Il peut aussi lancer des sorts issu des aptitudes et compétences. Par exemple, sur un résultat de 4+, le sort est lancé.

Une bande de ruffians menée par un magicien de bataille.
Pour finir cette partie consacrée aux règles, les auteurs s’attardent sur la gestion des décors (les classiques terrains difficiles, infranchissables, couverts et autres bâtiments) notamment au travers de 6 exemples de "tables" illustrés avec des dessins simple mais sympas. J’ai bien aimé le coup du hazard. Les terrains peuvent contenir des dangers et, ainsi, ralentir ou blesser les personnages y entrant. Ainsi, une forêt peut « accueillir » un essaim de frelons pas forcément très heureux de voir un aventurier radiner sa ganache dans le coin… le joueur lance un dé, sur un « 1 », PAN, attaque de frelons, moins un point de Fortitude. Et oui, quand frelons fâchés, eux toujours faire ainsi (comprenne la référence qui pourra…).

Les scénario (scénarii?).

Ils sont au nombre de 5. Ils sont tous très détaillés, plans à l’appui et règles spéciales incluses si nécessaire.
Rapidement :
- Open Combat : de la bonne vieille poutre des familles. Trois modes de déploiement. Il faut éliminer la bande adverse (en atteignant le Break Point, voir plus haut).
- Retrive the prize : un objet (trésor) est éparpillé en morceaux sur la table. Les joueurs doivent récupérer les morceaux et sortir de la table. L’équipe ayant le plus de morceaux a gagné. A lui seul, ce scénario prend cinq pages d’explications avec des variantes.
- Capture : les deux bandes doivent attraper des objectifs mouvants (bétail, squiggs, jeunes éphèbes, princesses affolées ou écureuils psychopathes…).
- The arrest : une bande doit essayer d’arrêter le Leader adverse qui débute au centre de la table. Ce dernier évidemment tente de fuir…
- Escort duty : une bande tente de sortir de la table en transportant un « bien précieux » (relique, objet magique, trésor…).


Le système de campagne.

Couvrant une quinzaine de pages, il conseille de fixer un objectif commun à atteindre par les différentes bandes (par exemple atteindre une valeur de 300 points en recrutant d’autres membres). Cela permet de prendre en compte la réputation de la bande. Au cours de la campagne (quel que soit l’objectif final), chaque membre de la bande peut gagner de l’expérience, être gravement blessé ou tué, le Leader peut mourir et être remplacé, les joueurs ont la possibilité d’engager des mercenaires (deux pages de profils sont fournies), etc.
D’autres conseils sont fournis pour gérer la campagne : fil narratif, séquences pré- et d’après bataille...


Open Combat permet aussi de jouer des bandes historiques, comme des Vikings, y compris durant une campagne.

Les autres appendices.

On trouve d’abord trois pages entières de profils historiques et/ou fantastiques : fantassins, barbares, nains, orcs… avec des suggestions pour le gameplay de certains.
Trois autres pages proposent des bandes « clés en main » : patrouille de soldats, tribu barbare, cultistes, un sorcier et ses zombies, une horde de monstres, une bande de héros et un groupe de guerriers.
La suite du bouquin est consacrée à des règles optionnelles, à un FAQ, et enfin, last but not least, les si pratiques feuilles de références : compilation des règles, gestion de campagne, feuille de bande, fiche de personnage, fiche de mercenaires.

Conclusion.

Et voilà pour ce survol de présentation. Je ne suis pas systématiquement entré dans les détails. Alors, au final, que penser d’Open Combat ? Ceux qui cherchent une règle avec une mécanique originale ou avec un background en béton armé peuvent passer leur chemin. Il faut être honnête, la règle ne révolutionnera pas notre petit milieu. On est sur de la valeur sûre, du classique bien huilé qui tourne presque tout seul. Il faut voir cet Open Combat comme une grosse boîte à outil (un peu comme Dragon Rampant pour de la grosse escarmouche med-fan), simple à comprendre et à utiliser pour un joueur un peu expérimenté (et maîtrisant pas trop mal l’anglais). Elle paraît aussi simple à jouer. Personnellement, je pense avoir trouvé (à peu près) ce que je cherchais. La règle doit permettre de pousser du pitoux avec mes enfants en l’adaptant à un monde med-fan assez générique (les Elfes sont en collant, les Nains rancuniers, etc...) pour y faire entrer à peu près toutes les références (figurines et décors) que je possède. Elle me permet aussi de développer une campagne façon "JdR" avec des persos qui vont évoluer et des scénarios faits maison...

Si j'ai l'occase, je tenterai de faire un petit rapport de bataille pour détailler un peu tout ça !

C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !
Hasta siempre, Compañeros !

mercredi 11 octobre 2017

Toouchdooooooooown !

Salut à toi, compañero figuriniste !

Bon, pour ouvrir ce billet il nous fallait du gros boeuf ricain boosté aux hormones... American Head Charge, a violent reaction.


Tout en finesse... d'un autre côté, aujourd'hui, c'est Blooooood Booooowl !!!!



Comme vous le savez si vous suivez le blog, je participe sur Warmania en compagnie d'une joyeuse bande de drilles (dont toi, peut-être, en train de lire...) à la Saison II de la Warmaleague, un petit challenge consistant à peindre une équipe de Blood Bowl. Pour rappel : http://www.warmaniaforum.com/topic/55788-cccp-collectif-blood-bowl-warmaleague-saison-ii/

Ayant déjà peint les Orques de la boite de base, j'ai entamé la peinture des Humains. L'équipe se nomme les Wurzen's Energizers. Là aussi pour rappel : http://hastalafigurinasiempre.blogspot.fr/2017/09/its-electric.html

Aujourd'hui, bonne nouvelle, l'équipe est entièrement peinte !

Pour fêter ça, un peu d'historique (une équipe sans histoire, n'est pas une vraie équipe) et une photo de groupe.

HISTOIRE DES WURZEN'S ENERGIZERS


2446 – Kurt Vangentroop, épéiste impérial venu du Middenland, s’installe à Wurzen et fonde les Warriors, première équipe connue et dûment enregistrée dans les archives de la ville. La légende veut que l’homme ai été charmé par la bucolique bourgade provinciale et décidé d’y faire prospérer le Blood Bowl. La vérité est moins rose. En fait, Kurt, après une cuite mémorable (ayant elle-même suivie une victoire écrasante sur une waaagh orque venus de l’Est) s’est retrouvé sans le sou et pour éponger ses dettes (à défaut de nouveaux bocks de bière) a accepté un emploi de videur dans une taverne de la ville, le bien nommé Coup de pied au cul. A l’époque le Blood Bowl n’est pas populaire à Wurzen, la ville ne possédant pas la moindre équipe. L’ennui de Kurt dans la morne et laborieuse ville du Nord le pousse tout d’abord à organiser des combats clandestins sur son lieu de travail. L’homme se constitue un petit pécule avant que les autorités de la ville ne ferment le Coup de pied au cul.
Toujours à cours d’espèces sonnantes et trébuchantes, Kurt cherche une nouvelle source de rentrées financières. Il lance alors une campagne de recrutement pour former une équipe de Blood Bowl. La première recrue est un Ogre, Titus La Marguerite (en référence au fait qu’il dépose, par politesse, une de ces fleurs sur les adversaires assommés), ancien videur du Coup de pied au cul.

2447 – Premier match officiel des Warriors. De passage à Wurzen pour se rendre à un tournoi dans le Sud de l’Empire, l’équipe Naine (de seconde zone...) des Kazar-Dûn Gunners accepte un match amical contre les Warriors. Les Nains l’emportent 8-0 sans forcer leur talent mais en défonçant leurs adverses. Les Warriors perdent quatre de leurs joueurs (un mort et trois blessés graves définitivement perdus pour le sport). A la fin de la rencontre, le reste de l’équipe des Warriors fuit la ville. Seuls restent Kurt, Titus et Ferdinand alias la Loutre, alcoolique notoire (oui, les habitants pour la plupart illettrés de Wurzen ont parfois du mal avec le vocabulaire) et remplaçant attitré de l’équipe.

2448 – Les Warriors renaissent de leur cendres. Kurt réussit à reconstituer une nouvelle équipe en recrutant de jeunes et solides pécores dans les campagnes alentour en leur faisant miroiter une carrière pavée (arrosées ?) de litres de bières, de bonnes bastons et de jeunes femmes en jupette sur le bord du terrain. Le premier match se solde par une humiliation, un cinglant 6-0 encaissé face à l’équipe des vétérans des Altdorf Smashers (comptant dans ses rangs deux borgnes, un unijambiste et deux manchots), en tournée caritative dans le Nord du pays afin de récolter de l’argent pour la construction d’un nouveau char à vapeur impérial.
Le saviez-vous?

Au cours de ce match caritatif, la partie fut arrêtée pendant un bon quart d’heure afin de permettre à Rollon Bergerman, blitzer des vétérans d’Altdorf de retrouver son œil de verre perdu suite à un placage.

2450 – Les Warriors enchaînent leur vingt-et-unième défaite d’affilée avec 98 touchdows encaissés et deux marqués (les deux par Titus la Marguerite). Le magazine « L’Epique » leur consacre un article sous le titre « la pire équipe humaine de tous les temps ? ».
Le saviez-vous?

Suite à cette 21ème défaite, les Warriors devaient affronter une équipe orques les Giron’dorks de Kaptain Bordo. Le match fut annulé, le terrain ayant été profondément labouré durant la nuit précédant la rencontre. On suspecta, sans le prouver, des supporters mécontents. A moins que ce ne soit un paysan du coin...

2451 – Kurt Vangentroop meurt au cours de la vingt-troisième défaite de l’équipe, plaqué entre un troll et un Orque noir, on retrouvera des morceaux de l’homme tout le long du terrain, son corps étant resté accroché à la ceinture du troll pendant une bonne partie du match. Dans la foulée, l’équipe est reprise en main par Démosthène Karond, propriétaire des moulins de la ville. L’homme d’affaires fait venir un coach du Kislev, Anatoli Kubiak. Sa première mesure est de virer l’ensemble de l’équipe à l’exception de l'ogre Titus la Marguerite. Certaines mauvaises langues insinuent que Kubiak a eu peur, d'autres pensent que l'ogre n'a pas compris et a continué à dormir sur le terrain, comme à son habitude.

2452 – Les Warriors changent de nom et deviennent Wurzen's Energizers. Une invasion chaotique venue du Septentrion pousse de nombreux réfugiés sur les routes. De solides gaillards du Nord arrivent à Wurzen. Ce sont des recrues de choix pour Kubiak qui constituent une équipe digne de ce nom.

2456 – Après quatre années de gestion, Kubiak et Karond parviennent à hisser les Wurzen’s Energizers en première division régionale de l’Ostermark avec trois montées consécutives en trois ans. Le vétéran ogre Titus prend sa retraite, c’est son fils Domitien qui le remplace dans l’équipe et dort désormais sur la nouvelle pelouse de l'équipe.
La même année, une enquête diligentée par la Commission d’Ethique se penche sur l’ascension rapide de l’équipe. Le commissaire envoyé par la Ligue est retrouvé mort. L’autopsie conclut à une crise de saturnisme ayant entraînée une embolie cérébrale.

2456 – Premier titre pour les Wurzen’s Energizers qui remporte un tournoi mineur, le Trophée du Bois Chantant en Bretonnie.
Livre Bugman des records

Au cours de la demi-finale du Trophée du Bois Chantant entre les Wurzen’s Energizers et les Trolls Noirs du Pêt, Alvin Devorgast est devenu le seul et unique joueur de Blood Bowl a réussir à marquer en match officiel deux touchdowns sur réception de passe avec seulement neuf doigts, le pouce manquant ayant été mangé par un Troll rapidement après le coup d’envoi.

2461 – Les Energizers obtiennent leur premier titre régional après une éclatante victoire 4-0 sur l’équipe voisine et rivale des Bunsens de Bek, l’équipe de la société d’exploitation de gaz de souffre des sources d’eaux chaudes de la région. Le capitaine de Wurzen, Torkin Kerlünd affirme après la rencontre « ils étaient cramés ». Le titre reviendra de nouveau à Wurzen en 2465, 2468, 2482, 2483 et 2484.
Le saviez-vous ?

Lors des trois titres consécutifs de 82, 83 et 84, l'actuel capitaine et trois-quart des Energizers, Torkin Kerlünd fut le joueur à subir le plus d’expulsions, quatorze au total. Il a aussi reçu le titre de JLPV (Joueur le plus violent) de la Ligue ces mêmes années. Ces performances lui ont permis de signer des contrats publicitaires personnels avec l’Armurerie des Lames de Milkinson et les pâtés Odila.

Et pour finir, deux p'tites photos...

Les quatre derniers joueurs de l'équipe...

Et l'équipe au complet !
C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !
Hasta siempre, Compañeros !

lundi 9 octobre 2017

Le top des "chocolatiniers"

Salut à toi, compañero figuriniste !

Et bien ça y est nous allons ouvrir le dernier chapitre de ce Challenge de la Chocolatine en dévoilant le nom des vainqueurs.
Mais avant ça, petit ouverture musicale en guise de dédicace aux gagnants avec Clawfinger, dont le chanteur doit être le fils (ou le frère) caché de Benoît Poelvoorde...


Je n'oublie évidemment pas tous les participants en les remerciant encore une fois chaleureusement pour leurs participations !

Trêve de bla-bla ! On entre donc dans le vif du sujet avec...

Le prix spécial du Jury : Paps


Le Prix Spécial est décerné à Paps et son inénarrable tout autant qu'improbable capitaine pirate gobelin des mers. L'ensemble de la compo, du perroquet à la veste rouge typique, en passant par le "bateau" et son doux patronyme, appelle à la grosse marrade. Sacré gobelin !

Numéro 6 : Rônin


La sixième place fut, au final, la plus disputée ! Plusieurs candidats pouvaient y prétendre et j'ai du finalement trancher... Donc, pour l'ensemble de la réalisation (montage, peinture, thème), j'ai retenu Elvis sur son Titanic de Rônin.

 Numéro 5 : Morikun


A la cinquième place, on trouve donc Morikun et sa reporter sexy issue de l'univers d'Infinity. Là aussi, un gros boulot de conversion, soclage et peinture. On sent que le Moine s'est arraché pour aller décrocher une place bien méritée.

Numéro 4 : Kurtis Koban


Peut-être la pièce la plus inquiétante et "atmosphérique" de cette sélection. Ce triton de Kurtis nous emmène directement dans les Abysses. Il fait noir et froid et pourtant, on voit là le talent du peintre, Kurtis nous livre une bien jolie pièce, presque lumineuse. Bref, belle figurine dans une ambiance réussie.

 Numéro 3 : Kage-Nashin


Sur la troisième marche du podium, un poids lourd - que-dis-je ?! Une baleine ! - avec ce massif capitaine pirate chinois très coloré peint par Kage-Nashin. Joli travail sur les tissus, les métaux et du soin apportés aux détails (drapeau, petit gars juché sur les épaules du patron...).

Numéro 2 : DV8



La place de première dauphine (ah ha... océan tout ça...) est attribué à DV8, alias "Convertator". Un jouet, de l'huile de coude, une grosse pincée de talent de peintre et hop, PAN dans ta face, une superbe réalisation.

 Numéro1 : Minus
En résumé...

 


Il y avait donc un gros poisson dans la mare. Presque sans surprise tellement sa réalisation a collé une méchante gifle à tout le monde... Minus obtient la première place du classement de chacun des trois jurés. Grand chelem ! Du grand art avec cette vision déjantée post-apo du pirate à crochet sur son quai ! Félicitations, Mister Minus !

Et encore une fois, BRAVO A TOUS !!!

Et maintenant me direz-vous ?
Et bien, c'est (assez) simple...
- un starter Alkemy, nation Aurlock.
- Trois figurines pour le jeu Fury.
- Une figurine de Vladd du clan Jokers pour Eden 
- Trois gabarits pour Infinity de chez French Model Workshop.
- Socles transparents pour Blood Bowl de chez French Model Workshop.
- Un décor Systema Gaming pour Infinity.
- Trois figurines modernes/post-apo de chez Hasslefree.

Minus en choisit un, puis DV8 le sien, etc... jusqu'à que chacun soit servi dans l'ordre du classsement. J'éditerai la liste ci dessous au fur et à mesure. Vous me contactez soit sur l'adresse mail utilisée pour envoyer vos participations (le plus simple, histoire de régler les modalités d'envoi / remise), soit dans les commentaires (mais bon, niveau confidentialité...), soit par MP sur Warmania (le forum qu'il est bien, venez !).

1 - Minus : trois figurines modernes/post-apo de chez Hasslefree.
2 - DV8 : un starter Alkemy, nation Aurlock.
3 - Kage-Nashin : un décor Systema Gaming pour Infinity.
4 - Kurtis Koban : - Une figurine de Vladd du clan Jokers pour Eden.
5 - Morikun : -
6 - Rônin : Trois figurines pour le jeu Fury.
7 - Paps : Trois gabarits pour Infinity de chez French Model Workshop et le socles transparents pour Blood Bowl de chez French Model Workshop.

Encore un grand merci à tous, participants, gagnants et simples spectateurs/visiteurs/commentateurs !!

C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !
Hasta siempre, Compañeros !


dimanche 1 octobre 2017

Fin du goûter !

Salut à toi, compañero figuriniste !

Et bien voilà, ça y est, toutes les chocolatines sont mangées ! Fin du goûter...
Un peu de musique pour fêter ça avec un groupe bien de chez nous (le Sud-Ouest en gros !) que j'adore, Gojira.


Neuf nouvelles participations viennent étoffer les rangs des participants :  Méhapito, Morikun, Tobias, Rainbow, X-Ben, Déglingo, DV8, Minus, Le Lapin, Dea Ardwuina, Kage-Nashin sont rejoints par Bawon Samdi, Flogus, Paps, Jakenpon, Kurtis Koban, Jerreck, Rônin,  GiLel, Gurutz et Mellal. Au final, ce sont donc 21 peintres qui se sont prêtés au jeu. En espérant n'avoir oublié personne !


Le Bawon Samdi nous propose un affreux tout droit venu de l'univers des comics et des abysses, Black Manta... fig originale et au casque improbable !


Flogus présente un élémentaire d'eau. Simple, efficace et une bonne tête de vicieuse, la bestiole !



Paps frappe un grand coup avec son gob pirate et son improbable navire au nom judicieusement choisi ! J'ai rigolé un bon moment en découvrant la réalisation de notre exilé londonien... excellent !


Jakenpon a opté pour la même fig qu'un autre participant, X-ben. Jolie pièce et très bon boulot sur le socle, l'eau en particulier.


Kurtis Koban est un habitué des réalisations sombres, parfois oppressantes, toujours bien "ambiancées" et toujours avec un style reconnaissable. C'est encore le cas ici avec ce... huuuum... et bien, on sait pas trop en fait. Mais c'est très réussi !


Du Fury ? Ah ben oui, c'est Jerreck, comparse bordelais et accro assumé au jeu créé par Whispe. Il nous propose un gob pirate (encore un, c'est une invasion !) venu en barque Playmobil !


On enchaîne avec l’œuvre de Rônin ! Là encore, une bonne tranche de rire avec cet Elvis "one for the money, two for the showcolatine". Super scénette !



Gurutz, pour sa part, a fait dans la valeur sûre, la "James Bond girl" en maillot. Pour ceux qui connaissent Gurutz, son style pastel est immédiatement reconnaissable. Du bon boulot.


Mellal (dont vous pouvez lire la prose dans Ravage) s'aligne avec une fig originale dont je ne connais pas l'origine. Mais j'aime bien le côté Poséidon !



Et pour finir la galerie, GiLel et rien moins qu'un Empereur. Bon, pas Napoléon ou Auguste, mais Manchot. On fait avec ce qu'on a, hein ! J'aime beaucoup le socle avec la plaque de banquise, bien pensé et réalisé.

Pour rappel (et pour faciliter le boulot du jury !) : les précédentes participations :

Le gros poisson de MEHAPITO

Le chevalier panocéanien de DEA ARDWUINA

Le pingouin de DEGLINGO

Le pirate de LE LAPIN

Le capitaine crochet post-apo de MINUS

Le pirate chinois de KAGE-NASHIN

La reporter futuriste de MORIKUN

Le gros plongeur de DV8
La chasseuse de méduse de TOBIAS

Le lézard d'X-Ben

L'elfe surfer de RAINBOW



A noter, enfin, la participation hors-concours (car non peinte) mais qui valait franchement le détour, celle de Reldan, entièrement faite main ! Trois belles planches de surf en 28mm sur leur rack. Franchement une super réalisation qui donne envie 1 ) de la peindre, 2) de trouver des figs (homme, femme, orque, elfe ou nain, en maillot de bain) pour en faire un diaporama !


Et voilà, le jury se mettra au travail incessamment sous peu pour départager tout ce joli monde.

UN GRAND MERCI A TOUS CEUX QUI ONT PARTICIPE !!!!

C'est tout (et c'est déjà pas mal !) pour aujourd'hui !
Hasta siempre, Compañeros !